La convergence fixe-mobile : un coup double rentable pour les opérateurs ?

mobile fixe

Entre les principaux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad – la maison mère de Free -), la partie se joue aujourd’hui aussi bien sur le mobile que sur le fixe. Alors que le marché de la téléphonie mobile est destabilisé depuis le lancement de Free Mobile en 2012, les regards se tournent aujourd’hui vers le fixe où les concurrents luttent pour tirer leur épingle du jeu. La convergence du mobile et du fixe ne serait-elle pas la solution ?

Free redistribue les cartes du mobile et force ses concurrents à proposer des forfaits low cost

Dans le milieu du mobile, l’entrée de Free Mobile a été fracassante. Depuis son lancement en 2012, l’opérateur n’a cessé de voir sa base de clients croître, pour finalement dépasser les neuf millions en 2014. L’entreprise de Xavier Niel connaît ainsi une croissance de 25 % de ses revenus liés au mobile sur l’année. Elle refuse pourtant toujours de s’exprimer sur la répartition entre les forfaits d’entrée de gamme à 2€, qui l’ont fait connaître, et les autres forfaits. Son concurrent le plus direct, Bouygues Telecom, arrive encore à rester dans la course grâce à son forfait low cost, B&You. Mais il enregistre quand même une perte de 79 000 clients, et ce uniquement sur le premier trimestre 2014. Orange tient quant à lui à son image haut-de-gamme. Il a pourtant bien été contraint de s’aligner sur la tendance low cost et propose depuis 2013 des forfaits Sosh à 4,99€. Et cette stratégie agressive s’est montrée payante puisque l’opérateur historique a doublé son nombre d’abonnés Sosh en un an (soit 2,065 millions d’abonnés fin 2014).

Dans le fixe, la bataille se concentre sur la fibre

Contrairement au mobile, la concurrence dans le fixe ne se joue pas sur les prix mais sur le débit. Le mantra actuel, selon lequel « 2015 sera l’année de la fibre », est d’ailleurs conforté par les chiffres de l’Arcep. Le nombre d’abonnements au très haut débit a atteint 2,5 millions en 2014. Ce marché pourrait rapporter gros : au 31 décembre 2014, plus de 3,6 millions de foyers étaient raccordables à une offre de fibre optique jusqu’au domicile. Les opérateurs l’ont bien compris et tentent de se positionner avec des offres de plus en plus agressives, à l’image de la Freebox Mini 4K fonctionnant sous Android TV de Google lancée récemment par Free. Le leader incontesté dans le secteur de l’accès à internet très haut débit reste Numericable, avec plus de huit millions de prises tous types confondus. Et grâce à l’acquisition de SFR en 2014, le câblo-opérateur arrive au premier plan dans le secteur des télécoms.

La convergence fixe-mobile serait-elle l’avenir du secteur ?

La finalisation du projet d’acquisition de SFR, du groupe Vivendi, par Numericable, filiale du groupe Altice, a acté la convergence du fixe et du mobile. La pratique ne semble pas nouvelle : rachat de Neuf Cegetel par SFR en 2008, rachat d’Alice par Free la même année… Sauf qu’ici, il s’agit du rapprochement d’opérateurs clefs sur deux marchés différents, le fixe pour Numericable, le mobile pour SFR. Les synergies obtenues par se rapprochement permettent ainsi une baisse considérable des coûts dans les deux secteurs. L’intérêt majeur pour Numericable ? Il multiplie par 6 sa base d’abonnés en éliminant SFR comme concurrent en tant que FAI très haut débit. SFR n’est pas en reste : en couplant désormais des offres mobile et fixe et en se servant du mobile comme produit d’appel pour la fibre, il devrait recruter de nouveaux clients dès le second trimestre 2015.

Les régulateurs sectoriels (Arcep et CSA) s’inquiètaient pourtant de l’impact sur le nombre d’opérateurs et la multiplicité des offres, au profit de grands conglomérats. Mais l’intensité concurrencielle, qui garantit aux consommateurs – au moins théoriquement – un choix plus large et des prix plus compétitifs, est restée intacte, voire s’est intensifiés. L’Autorité de la concurrence, dans son avis relatif à l’achat de SFR par Numericable rendu en octobre 2014, a finalement salué les engagements « substantiels, crédibles et vérifiables » pris par Numericable.

La convergence fixe-mobile ouvre des perspectives nouvelles dans le secteur – très chamboulé ces dernières années – des télécoms. Le nouveau groupe SFR-Numericable ne cache d’ailleurs pas l’intérêt qu’il porte à Bouygues Telecom.

[Source]

No tags for this post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter
Vous voulez être averti lorsque notre article est publié ? Entrez votre adresse e-mail et le nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
Thanks for signing up. You must confirm your email address before we can send you. Please check your email and follow the instructions.
Nous respectons votre vie privée . Vos informations sont en sécurité et ne seront jamais partagées .
Ne manquez pas. Abonnez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin